Bien mal acquis ne profite jamais. Voilà mon dicton moralisateur du jour (aujourd'hui, je me suis réveillée, j'étais aigrie et j'avais 85 ans).

Dans la famille fiasco, je voudrais l'équipe de France ! Je pioche parce qu'ils se sont bien enterrés...

Et voilà, je crois qu'on peut dire que la période Nutella aura été de courte durée.

Tant mieux pour mon petit corps repus de cuillères entières.

"Tant n'a rien à faire" pour Quentin qui s'en tamponne comme de sa première couche !

Tant pis et tant mieux à la fois pour mon chéri qui n'aura plus à se lever à 5 heures du matin pour assister au match.

Enfin, si. Ca va encore durer quelques temps ces réveils nocturnes. Le monde ne s'arrête pas de tourner parce que nous n'en faisons plus partie.

Maintenant, le tout est de se choisir une équipe d'adoption. Les personnes qui n'aiment pas le risque diraient - sans trop mouiller le maillot - qu'elles choisissent le Brésil comme équipe de repli...étonnament !

Moi, j'aimerais que ce soit la Coupe du Monde d'un outsider...mais je suis une rêveuse.

Difficile de jauger pour l'instant qui s'en sort le mieux parmi les outsiders car j'ai dû voir en tout et pour tout 40 minutes de foot depuis le début de la coupe (bizarrement, je dors à 5 heures le matin) .

En fait, c'était surtout pour parler, enfin, pour écrire un peu. Pour me dégourdir les doigts de bon matin.

Certains font un footing, moi je blog.

Un dernier étirement doigtal, je mets de la miuzik et je file au taf ! Tata Bafana bafana !